Clowns Sans Frontières ® Thomas Louapre – Philippines 2013

Témoignages

Un nouveau projet aux Philippines !

Co-construire un spectacle de sensibilisation avec des jeunes en situation de rue.

Présente ponctuellement de 2005 à 2014 aux Philippines, l’association Clowns Sans Frontières a développé, en cette fin d’année 2022, un nouveau projet d’ateliers de pratiques artistiques en partenariat avec l’Association Sœur Emmanuelle (ASMAE). Des artistes français et philippins ont collaboré durant plus de 2 semaines, afin d’accompagner et former une quinzaine de jeunes à la création d’un spectacle.

Quel est la situation des jeunes aux Philippines ?

Près de 26 millions de Philippins vivent en dessous du seuil de pauvreté, soit 23% de la population.

La situation des enfants philippins est alarmante. En effet, plus d‘un million d’enfants travaillent, des centaines de milliers sont des enfants en situation de rue, et de 3 à 6 millions d’enfants sont abandonnés par des travailleurs qui migrent à l’étranger.

A Manille, ASMAE estime à 4 millions le nombre de familles vivant en bidonville ou dans la rue (sur une population totale de 10 millions d’habitants). Ils survivent grâce à des petits boulots, grâce au vol ou à la prostitution. Beaucoup d’enfants « des rues » refusent la prise en charge des travailleurs sociaux et fuguent des centres d’accueil. En effet, selon des associations des Droits humains, certains centres ressemblent à des prisons :  barreaux aux fenêtres, interdiction de visites de proches, problèmes de surpopulation…

Selon un documentaire, La « guerre contre la drogue » menée par l’ancien Président Duterte, a considérablement renforcé la vulnérabilité de ces enfants. En 2 ans, la police a arrêté 1300 mineurs pour « des crimes en rapport avec le trafic de drogues » et tués 100 enfants. Légalement, aucun mineur de moins de 15 ans ne peut être détenu dans ces centres, mais la loi n’est pas appliquée. Les mineurs vivent dans des conditions déplorables, et les plus âgés abusent régulièrement des plus jeunes. Autre conséquence de cette opération : des milliers d’enfants ont perdu leurs parents, et on estime que 500 000 d’entre eux ont eu au-moins un de leurs parent emprisonné pendant 1 an.

Les Philippines ont été gravement touchés par la pandémie de COVID-19 et, en mars 2020, le pays a pris des