Clowns Sans Frontières © Thomas Louapre – Philippines 2013

Pays d'intervention

Équateur

Contexte

L’Équateur, l’un des plus petits pays d’Amérique latine, est également la nation qui a accueilli le troisième plus grand nombre de Vénézuéliens[1] depuis le début de l’exil en masse de cette population. A partir de 2013, et après la mort de Hugo Chavez, le Venezuela connaît une grave crise économique à laquelle s’ajoute une crise politique et sanitaire qui pousse sa population à immigrer en priorité dans les pays voisins. Le Venezuela a vu son PIB chuter de 80 %. Les pénuries d’alimentation et de médicaments, les pannes d’eau et d’électricité, l’hyperinflation, la pauvreté, l’insécurité et la répression politique ont poussé les Vénézuéliens de toutes classes sociales confondues à fuir leur pays. Cependant, la majorité des Vénézuéliens en Équateur, principalement des familles accompagnées d’enfants, des femmes enceintes, des personnes âgées et des personnes en situation de handicap, n’ont pas un statut d’immigration régulier. En 2019, moins de 1,4 % d’entre eux étaient reconnus réfugiés ou demandeurs d’asile. Le HCR exhorte pourtant les pays qui accueillent ces populations à leur octroyer la protection internationale accordée aux réfugiés.[2] En avril 2021, le gouvernement équatorien comptait près de 431 200 réfugiés et migrants vénézuéliens sur son territoire, pour une population de 16,62 M d’habitants.[3]

Outre l’absence de permis de séjour qui les empêche d’exercer leurs droits fondamentaux, les Vénézuéliens en Equateur sont régulièrement victimes de xénophobie. En moyenne, 65 % des Vénézuélien.nes ont déclaré avoir été victimes de discrimination dans la rue. Les ONG signalent également un niveau élevé de violences verbales à l’égard des migrants, notamment des insultes et des menaces.[4] Ces actes racistes se déroulent dans tous les secteurs de la société, de la santé, à l’éducation, en passant par l’emploi et le logement et touchent aussi bien les adultes que les enfants. Cette discrimination renforce leur marginalisation au sein de la société équatorienne. Nombreux sont ceux qui peuplent alors les quartiers pauvres, les « barrios » des grandes villes comme Quito.

Synthèse

En septembre 2021, à l’invitation de l’Alliance française de Quito et de la Casa Humboldt, CSF et Clowns ohne Grenzen se rendront pour la première fois en mission en Équateur. En partenariat avec des artistes locaux, une parade de marionnettes géantes sera créée avec des enfants et jeunes vénézuéliens et équatoriens en situation de précarité. Elle défilera ensuite dans les quartiers de Quito où se concentre la population exilée vénézuélienne.

La mission de CSF et COG interviendra auprès des habitants des « barrios » afin de les réunir autour d’un moment festif. Lors de la parade, ils partageront un environnement pacifié par la présence de marionnettes, clowns, musiciens et danseurs qui viendront leur transmettre leur bonne humeur et surtout la preuve que, malgré les différences culturelles, il est possible d’apprendre et de créer ensemble dans la confiance mutuelle.

Pour donner vie à ce projet international, les opérateurs français et allemands en Equateur ont sollicité le soutien du Fonds culturel franco-allemand 2021. Comme dans la majorité des missions à l’étranger de Clowns Sans Frontières, des artistes locaux feront partie intégrante du projet. Le collectif d’artistes équatoriens « Humor y Vida », réalisant de nombreux projets humanitaires dans le pays depuis plus de 10 ans, participera à la création de la parade et à des ateliers de renforcement de compétences avec les artistes franco-allemands. Ils y apprendront à construire des marionnettes géantes et créeront ensemble un spectacle mêlant le savoir-faire de chacun. Artistes équatoriens, allemands et français seront tous engagés pour apporter évasion et légèreté là où elles manquent le plus, permettant à chaque membre du public de redevenir un enfant le temps du spectacle.

Partenaires opérationnels : Clowns ohne Grenzen, Association Humor y Vida, Casa Humboldt, Ambassade de la République fédérale Allemande en Equateur et Ambassade de France en Equateur

Partenaires financiers et institutionnels : Alliance française de Quito, Fonds culturel franco-allemand 2021


[1]     The Yale Review of International Studies, A “Growing Concern”: The Public’s Xenophobia Toward and Discrimination Against Venezuelan Migrants in Ecuador, Shannon Guerra, Mars 2021 : http://yris.yira.org/essays/4911

[2] https://news.un.org/fr/story/2019/05/1043911

[3]     https://r4v.info/es/situations/platform/location/7512

[4]     The Yale Review of International Studies, A “Growing Concern”: The Public’s Xenophobia Toward and Discrimination Against Venezuelan Migrants in Ecuador, Shannon Guerra, Mars 2021 : http://yris.yira.org/essays/4911